«c’est tout? C’EST TOUT?»

III.41

Tout ce qui a toujours été sera toujours et tout ce qui sera a toujours été.
Kurt Vonnegut, Jr., Les Sirènes de Titan

«ce que vous appelez une sphère de Dyson,» disait la voix, «est une interface entre votre réalité et la nôtre, nous sommes une projection dans votre réalité, vous êtes une projection dans la nôtre,»
«qui ça, nous?» demanda Charlotte, «je veux dire vous? et d’ailleurs, où êtes-vous?»
Charlotte et Darsan avaient atteint la troisième étape de leur trajectoire dans la sphère, ils avaient atterri sur la surface lisse d’une planète artificielle qui gravitait autour du centre de la sphère comme une boule de plexiglas translucide autour d’un trou noir, lequel, occupant presque tout le ciel, jetait une lueur ultraviolette étrangement colorisée, Charlotte ne put s’empêcher de rigoler en voyant l’allure qu’ils avaient sous cette lumière inhabituelle, Darsan jugea qu’il aurait été imprudent de quitter l’astronef,
«nous sommes partout et nulle part,» reprit la voix, «je ne suis pas une présence physique,»
«ça veut dire quoi, ça?» rétorqua Charlotte,
c’était bizarre de s’adresser comme ça dans le vide à une présence invisible qu’on entendait de partout,
«dans votre réalité,» dit la voix, «vous diriez que je suis l’esprit de la planète, qui n’en est pas une, je suis le troisième élément, vous avez rencontré les prolms et les 2de3, et nous, je suis les arials,»
«nous, je, vous êtes plusieurs ou un seul?» dit Charlotte,
«je suis plusieurs,» dit la voix, «nous sommes un seul,»
«et vous êtes partout et nulle part,» dit Charlotte, «c’est pas facile à comprendre,»
il s’écoula un long moment de silence, Charlotte en profita pour se préparer une limonade dans le synthétiseur, elle ofrrit une boisson à Darsan, il n’en voulait pas, elle se rassit à côté de lui, son verre de limonade à la main,
«nous ne sommes pas dans votre galaxie,» reprit la voix, «vous n’êtes pas dans la nôtre, ce trou noir dans le ciel, c’est ce qui permet l’interface entre nos deux réalités, voyez,»
le ciel déjà sombre s’obscurcit jusqu’à devenir complètement opaque, pour un moment ce fut comme s’ils étaient dans le vide absolu, puis les étoiles réapparuent, mais après un examen attentif ils se rendirent compte qu’à part les systèmes contenus dans la sphère, le reste du cosmos ne correspondait plus avec le leur,
«ça par exemple!» s’exclama Darsan,
«quoi?» demanda Charlotte,
elle déposa sa limonade sur une tablette antigravité,  il  zooma sur une région de ce cosmos étranger et montra une galaxie du doigt,
«c’est la Voie Lactée,» dit-il, «c’est notre galaxie,»
«ben voyons donc!» dit Charlotte,
«nous habitons ce que vous appelez la galaxie Andromède,» dit la voix,
Charlotte manipula le zoom de la représentation holographique de la Voie Lactée, elle reconnut les deux Nuages de Magellan, puis les bras spiraux, le bulbe central, même le trou noir en son coeur, elle zooma encore plus et pointa sur une région précise,
«on est là,» dit-elle, «ça alors!» puis, après avoir dézoomé et fait tourner la représentation de la Voie Lactée sur elle-même, elle ajouta dans un souffle, «elle est belle, notre galaxie,»
«mais si vous êtes sur Andromède,» dit Darsan, «et que vous nous voyez tels que nous sommes à une distance de 2,5 millions d’années, c’est que vous êtes loin dans notre avenir,»
«s’ils nous voient,» dit Charlotte, «on sait pas du tout comment ils nous perçoivent, en tout cas, eux, les arials,»
«oui, je sais bien,» dit-il, «c’est une façon de parler,»
«et pourquoi ça serait pas nous qui les percevons à 2,5 millions d’années dans leur passé?» dit-elle,
«notre temps n’est pas le vôtre,» dit la voix, «nous sommes vos contemporains, mais nous ne sommes pas vos contemporains,»
«on tourne en rond, là,» dit Charlotte, puis, se tournant vers Darsan, «on peut garder un enregistrement de l’hologramme? voir notre galaxie comme ça, de l’extérieur, c’est pas rien,»
«c’est enregistré,» dit-il,
peu après la représentation s’estompa et le ciel ultraviolet colorisé de la planète artificielle réapparut, Charlotte avala une gorgée de sa limonade et redéposa le verre sur la tablette,
«nos deux galaxies se rapprochent l’une de l’autre,» reprit la voix, «dans un peu plus de 5 milliards d’années elles entreront en collision, il faut se préparer,»
«comment ça se préparer?» dit Charlotte, «mais ça n’a aucun sens, ce que vous dites,»
«il faut prévoir l’impact,» continua la voix, «les points de contact entre vos étoiles et les nôtres, calculer les trajectoires et déterminer les régions propres à notre survie collective, peut-être pourrons-nous émigrer vers d’autres galaxies, mais pour le moment nous en sommes incapables,»
«cependant,» dit Darsan, «vous pouvez communiquer entre nos deux galaxies par ce mécanisme que vous appelez l’interface,»
«seulement parce que vous comprenez le concept d’interface,» dit la voix, «nous entrons en contact avec les autres intelligences dans votre galaxie capables de nous percevoir et nous leur communiquons le même message,»
«avec la sphère?» demanda Charlotte, «d’ailleurs, pourquoi la sphère? pourquoi les prolms et les 2de3? pour nous montrer des intelligences qui nous ressemblent? ben, les 2de3 c’est sûr, on a des ovoïdes gazéiformes dans notre galaxie, vous savez, on a des raméens aussi, vous les avez contactés? et l’enfant métamorphe, vous l’avez contacté aussi? et les mères dans les lieux? s’il y a des intelligences qui peuvent vous comprendre, c’est bien les mères,»
elle éclata de rire, tout ça lui semblait extrêmement absurde, ça ne tenait pas debout, ça n’avait aucun sens,
«et la collision entre nos deux galaxies,» reprit-elle, entre deux éclats de rire, «c’est dans 5 milliards d’années, on a le temps de voir venir, non?»
«il faut prévoir,» dit la voix, «il faut calculer, évaluer, jauger, mesurer,» elle fit une lègère pause avant d’ajouter, «je parle dans votre langage, je fais appel à vos concepts, votre temps est difficile à traduire, nous sommes déjà dans la collision, nous n’y sommes pas encore, nous, les arials, les prolms, les 2de3, d’autres intelligences dans notre galaxie, pas toutes, celles qui comprennent, nous y sommes et nous n’y sommes pas, nous y avons été, nous n’y avons pas encore été, nous avons besoin de l’aide des intelligences de votre galaxie, nous en aurons besoin, dans votre langage il faut prévoir,»
«c’est tout? C’EST TOUT?» dit Charlotte, plus abasourdie qu’irritée, «vous nous contactez juste pour nous dire qu’on va se fracasser les uns contre les autres dans 5 milliards d’années? et qu’il faut prévoir le coup? vous élaborez une sphère comme celle-là juste pour ça?»
la voix ne répondait plus, des paramètres de déplacement apparurent sur l’écran de pilotage et l’astronef s’envola,
«mais …?» commença Charlotte, réalisant aussitôt que Darsan n’y était pour rien,
ils se retrouvèrent bientôt hors de la sphère de Dyson, autour de l’étoile bleue d’où ils l’avaient aperçue la première fois, la sphère commença de se résorber, ses étoiles spiralèrent vers le centre en se déformant comme sous l’effet d’un vortex, il ne resta plus que le trou noir, qui disparut à son tour,
«c’est pour ça qu’on s’est déplacé si vite dans la sphère,» dit Darsan, «on a voyagé dans un concept,»
«ben, pas vraiment,» dit Charlotte, le regard fixé sur la région cosmique vidée de la sphère et où brillaient maintenant les étoiles qu’elle avait masquées, «on les a bien visités, les prolms, et les 2de3, on les a bien touchés, ils étaient pas que des concepts, ils étaient bien en chair et en os, mais je comprends pas, là, on était ici ou là-bas? eux, ils étaient ici ou pas?»
«ils l’étaient, ils l’étaient pas,» dit Darsan, «que veux-tu que je te dise, je comprends pas plus que toi,» il ajouta, après un moment de réflexion, «un concept qui s’est manifesté matériellement,» puis, après un autre moment de réflexion, «une chose est certaine, ces intelligences sont beaucoup plus avancées que nous,»
«ça, t’as bien raison,» dit-elle, «tu te rends compte? prévoir les effets de la collision entre deux galaxies 5 milliards d’années à l’avance, c’est fou!»
«le temps de leur réalité n’est pas le nôtre,» dit-il,
«ouais, tu parles comme la voix,» dit-elle, «là, j’aimerais que ma mère soit ici, je suis sûre qu’elle comprendrait,» elle poursuivit, en ricanant, «je suis pas sûre qu’on la comprendrait, elle, par exemple, même si elle nous l’expliquait,»
«la voix s’est peut-être déjà manifestée dans les lieux habités,» dit-il, «ou se manifestera,» ajouta-t-il en souriant,
Charlotte pencha la tête, regarda sur sa droite, regarda sur sa gauche, releva la tête, but le reste de sa limonade, remit le verre sur la tablette antigravité, le verre se dématérialisa, sa structure géométrique retournait dans la banque de données de l’astronef, dans la paroi duquel la tablette disparaissait,
«tu sais quoi?» dit Charlotte, «tout d’un coup que tout ça, la sphère, là, les aliens, c’est une illusion, non, pas une illusion, une projection, oui, une projection de l’enfant métamorphe?»
Darsan haussa les sourcils, il paramétrait l’algorithme de leur prochain saut,
«le message est passé,» dit-il, «poursuivons notre exotrip,»
d’un léger coup du menton Charlotte indiqua l’étoile cible sur l’écran virtuel du poste de pilotage, «on va là?» Darsan fit signe que oui, «poursuivons, alors,»
il manipula les données et l’astronef bondit en hyperespace,

2 réponses à «c’est tout? C’EST TOUT?»

  1. Sofy dit :

    Oh bo-boy! La madame est mêlée là solide. … suis cartésienne moi : du analysable, du vérifiable, du concret. Ça c’est mon quotidien. J’te dis que tu viens de me secouer les puces du cerveau….. ☺

    C’est aussi à ça que sert la lecture right?

    • Jean dit :

      T’en fais pas, Charlotte est aussi mêlée que toi, tu verras dans son journal à partir du prochain épisode.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *