tout un casse-tête cosmique!

III.42

– C’est passionnant! dit-il. Vous n’avez pas appuyé à fond sur le bouton.Vous avez reçu une impulsion trop faible et quitté votre temps sans pouvoir en atteindre un autre! Vous êtes resté coincé entre le présent et le futur! En somme, vous étiez au conditionnel!
Barjavel, Le voyageur imprudent

[journal holographique de Charlotte, numéro 9]

wow! comme expérience étrange, la sphère de Dyson en a été toute une! ça fait maintenant près de trois semaines qu’on l’a croisée et j’en suis encore toute confuse, abasourdie même, Sand aussi d’ailleurs, lui plus par l’avancée technologique qu’une telle manifestation implique, moi, c’est le message de la voix, la représentante des arials, qui m’obsède,
prévoir un événement 5 milliards d’années avant qu’il se produise, faut le faire!
et d’ailleurs, que peut-on y faire? comment s’organiser quand deux galaxies, la galaxie Andromède et la nôtre, la Voie Lactée, se précipitent l’une vers l’autre et qu’elles entreront éventuellement en collision? ça se passera comment? les étoiles se fracasseront-elles l’une dans l’autre? la gravité les étirera-t-elle en tourbillons affolés de masses gazeuses? je pourais programmer une extrapolation de l’événement dans la matrice de l’astronef, je le ferai peut-être, et ça m’apprendra quoi?
mais ce qui m’intrigue le plus dans tout ça c’est la perception du temps chez les arials, j’imagine chez les 2de3 et les prolms aussi, si j’ai bien compris ce que la voix nous disait, je réécoute l’enregistrement des fois pour essayer d’en percer le mystère, ils vivent à la fois dans le présent et dans le futur, ou plutôt leur perception du temps n’est pas linéaire comme la nôtre, c’est comme une sorte de boucle temporelle dans laquelle ils existent partout simultanément, un peu comme les Tralfamadoriens de l’écrivain de SF de la Vieille Histoire Kurt Vonnegut Jr, c’est mon ordi qui m’a donné la référence, mais la différence entre la perception du temps chez les Tralfamadoriens et celle chez les arials, c’est que si les Tralfamadoriens connaissent le futur, qu’ils y sont en même temps qu’ils sont dans tous les autres moments de leur dimension temporelle, ils ne peuvent rien en changer, ils en sont prisonniers, ils ne peuvent que vivre et revivre comme dans un carrousel perpétuel chaque instant de leur existence, de la naissance à la mort, alors que les arials, s’ils sont à la fois dans le présent, dans le passé aussi j’imagine, et dans le futur, semblent être en mesure d’influer sur le cours du temps, ou tout au moins d’anticiper les conséquences de l’évolution cosmique et de s’y préparer,
y a aussi que j’aimerais bien savoir si la voix s’est adressée à d’autres qu’à nous dans le reste de la Voie Lactée, probable, parce que pourquoi juste nous, Sand et moi, plutôt que les mères dans le lieu solaire? elles sont beaucoup plus aptes que nous à saisir l’essence du message et à le conserver dans leur mémoire collective de façon à pouvoir agir sur l’évolution de la race humaine le cas échéant,
en plus qu’il ne s’agit pas seulement de la race humaine, toute autre forme de vie dans la Voie Lactée est concernée, je me demande comment les Raméens digéreront un tel message, faudra-t-il le leur répéter trois fois?
Sand a une drôle d’idée, il pense que nous sommes les seuls à avoir été approchés par les arials, et là encore, son opinion s’appuie sur la technologie des arials en même temps que sur ses limites,
«projeter une sphère dans une autre galaxie,» il a dit, «c’est pas rien, non seulement la projeter dans une autre galaxie, c’est quand même une projection sur 2 milliards et demi d’années-lumière, mais en plus escamoter cette distance spatio-temporelle et communiquer avec nous en temps réel, d’un autre côté,» il a ajouté, après un moment de réflexion, «si les arials sont partout dans leur axe temporel, on peut penser qu’ils ont projeté la sphère à partir de leur futur, qui correspond à notre présent,» puis, après un autre moment de réflexion, il a dit, «un peu comme la transmission holographique entre, disons, le lieu solaire et le lieu arcadien, mais poussée au maximum,»
«ça explique pas pourquoi tu penses qu’ils nous ont contacté juste nous,» j’ai dit,
«je sais,» il a dit, «tu vois, je crois qu’il était plus facile de communiquer avec deux êtres humains dans une région plus ou moins déserte de la Voie Lactée que la race humaine dans les lieux habités, où les interférences spatio-temporelles comporteraient trop d’impondérables,»
«c’est juste des spéculations, ça,» j’ai dit, «on sait vraiment pas,»
il voulait bien concéder qu’on savait vraiment pas,
«puis d’ailleurs,» j’ai dit, «localiser deux êtres humains dans l’immensité de la galaxie et les contacter, à partir d’une autre galaxie en plus, c’est tout un exploit, tu penses pas?»
«peut-être qu’ils ont d’abord examiné l’activité dans les lieux habités,» il a dit, «de là retracé notre exotrip et conclu qu’il était plus facile de communiquer avec nous, sachant que le message serait retransmis d’une façon ou d’une autre, mais t’as raison, ce ne sont que spéculations,»
et quand j’y pense, notre aventure dans la sphère, c’était comme un passage dans une dimension autre, j’ai bien aimé les 2de3, ben, dim249 surtout, c’est sûr que c’est parce que ce sont des humanoïdes, et leur façon de communiquer est si poétique, toutes ces virgules qu’ils se lancent les uns aux autres, et leurs dentelles sur la tête et au bout des doigts, et leurs édifices suspendus, quel spectacle! j’aurais bien aimé les côtoyer plus longuement, les prolms, eux, tout ce que je peux dire, c’est que ce sont des besogneux, ça doit être leur allure d’insectoïdes qui me fait dire ça, quant aux arials, ils sont invisibles, alors…
mais j’ai une autre idée, j’en avais fait mention à Sand, je lui avais dit que la sphère était peut-être une projection de l’enfant métamorphe, un message qu’il nous aurait envoyé plutôt que celui d’une intelligence dans la galaxie Andromède,
«penses-y,» j’ai dit, en comptant sur mes doigts, «des insectoïdes, des humanoïdes et des invisibles comme des esprits, ça fait très imagination humaine, tu trouves pas?»
«je veux bien,» il a dit, «mais ça nous mère où?»
«je sais pas,» j’ai dit, «ben, pour commencer, ça expliquerait pourquoi la sphère nous est apparue à nous, dans cette région-ci de la galaxie, alors qu’on se rapproche du centre, ensuite, ben, l’essentiel du message, c’est le temps, et toute mon aventure à moi tourne autour du temps, la Vieille Histoire, la théorie du professeur Zuman, tu vois ce que je veux dire? je me suis rappelé quelque chose que ma mère m’a dite, elle a dit que son imaginaire est en amont du réel et qu’il en définit l’aval, je sais pas ce que ça veut dire, mais j’ai l’impression que ça se rapporte au temps et sûrement à l’enfant métamorphe,»
il trouvait pas mon idée si folle que ça,
«c’est vrai que ça serait plus facile pour l’enfant métamorphe de projeter une sphère de Dyson à partir du centre galactique qu’une intelligence à partir d’Andromède,» il a dit, «ça corroborerait mon idée, qu’on est les seuls à avoir été contactés,» puis il m’a regardé drôlement et il a dit, «la sphère, c’est peut-être ta mère, ou toutes les mères,»
«t’es pas sérieux,» j’ai dit, «quoique, à bien y penser, elles en seraient bien capables, mais pourquoi? dans quel but? pour nous dire quoi?»
«ou tout ça n’a été qu’une illusion,» il a dit en haussant les épaules, «une hallucination, qu’il n’y a pas eu de sphère réellement,»
«on aurait pas bougé d’une année-lumière tout le temps qu’on croyait voyager dans la sphère?» j’ai dit,
«une projection mentale de l’enfant métamorphe,» il a dit, l’air songeur, «faudra le lui demander, s’il y a bien un enfant métamorphe dans le centre galactique, bref,» il a ajouté en souriant, «on est devant un casse-tête cosmique,»
«ouais,» j’ai dit,
en effet, c’est tout un casse-tête cosmique, ça, on peut pas dire le contraire,
je reviens aussi souvent sur la représentation holographique de la Voie Lactée que nous a montrée l’arial dans la sphère et que nous avons enregistrée, je la fais tourner devant moi, je contemple ses bras majestueux traversés par d’immenses traînées de poussière cosmique, je zoome dans son centre brillant comme dans un feu d’artifice gigantesque, j’essaie de nous localiser dans sa vastitude, ça, cet hologramme, je le garde précieusement dans mon ordi, des hologrammes de la Voie Lactée, y en a dans les lieux habités, surtout au Mémoriel, mais celui-là, c’est le mien,
mais là, après trois semaines de transit, on a décidé de faire une halte, on a déniché un système stellaire similaire à celui de Sol et la musique en provenance de ce système me fait croire qu’il y a là une planète de type terrestre, ou en tout cas habitable, on va s’y poser quelques jours, faire le point et se réapprovisionner, surtout, je dois l’avouer, on va se reposer du confinement de l’astronef, en tout cas moi j’en ai besoin, sur le coup j’ai pensé qu’on pourrait rester plus longtemps et attendre que des arpenteurs nous rejoignent, même le PolyAnémone qui nous suit, mais à la vitesse où ils vont, avec tous les aléas du déplacement supraluminique et le temps qu’il leur faut à chaque étape pour localiser les bornes qu’on laisse derrière nous, on risque d’attendre longtemps,

ah! Sand vient de me biper, on arrive autour de l’étoile jaune,

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *