«une sphère filtrée dans une sphère de Dyson,»

III.37

il ne se passait rien, Charlotte et Darsan patientaient autour de l’étoile orange, quand des paramètres de navigation clignotèrent sur l’écran de pilotage,
Darsan regarda Charlotte, elle haussa les épaules, il entra les données, l’astronef passa en hyperespace sans aucune sorte d’accélération et réapparut quelques minutes plus tard autour d’une géante bleue, à huit années-lumière de l’autre côté de la sphère,
encore une fois il leur fallut patienter, il ne se passait rien. pas tout à fait, ils se rendirent compte que l’entité, ou les entités, derrière la voix qui leur avait parlé scrutait leur ordi, la banque de données de l’astronef, et même le fureteur,
«c’est la mère LaGross qui serait surprise,» dit Charlotte, «mais ils fouillent partout! hey! qui ou quoi que vous êtes, on vous a pas donné la permission de fouiller dans nos affaires!»
«ils nous donnent de l’information aussi,» dit Darsan,
en effet, ils apprirent que la sphère contenait trente-sept étoiles exactement, autour desquelles tournaient, en tout et sans compter les lunes et les ceintures d’astéroïdes, cent quarante-huit planètes, dont sept habités par trois races différentes, cependant aucune information sur elles, on ne savait pas à quoi elles ressemblaient, ni où elles étaient dans la sphère, seulement qu’elles avaient colonisé le reste des planètes pour en exploiter les ressources,
«comme chez nous, même ce qui a bien l’air de stations scientifiques,» dit Charlotte en interprétant les données qui leur étaient transmises, «mais diable si on sait qui ou quoi se trouve où!» ajouta-t-elle, sur un ton d’exaspération, «c’est pas juste, ils savent tout de nous, on sait presque rien d’eux,» elle marqua une pause, «ou elles, ou ni elles ni eux, pas moyen de savoir,»
elle se concentra sur la musique qui semblait provenir de partout comme plus tôt la voix dans l’astronef, trois motifs distincts finement entrelacés modelaient l’infrastructure métrique d’une symphonie extrêmement complexe aux tonalités insolites,
«j’ai jamais rien entendu de pareil,» dit-elle, «chacune des races ici a sa musique propre, complètement différente des deux autres, et les trois s’harmonisent parfaitement je sais pas comment,»
«essaie de me décrire leur musique,» dit Darsan, il montra des données sur l’écran, «y a personne ici, seulement ça, sans doute des planètes-réservoirs,»
de gigantesques structures filamentées d’apparence métallique formaient un pont entre deux géantes gazeuses dans le système à cinq planètes de l’étoile bleue,
«c’est tout un savoir-faire d’ingénierie, une telle construction,» dit Darsan,
«c’est beau,» dit Charlotte, puis, se concentrant sur les équivalences générées par son ordi, elle essaya de décrire la musique de la sphère, «y en a une c’est comme de la musique industrielle, c’est peut-être cette race-là qui a construit le pont,»
«ou qui en a l’expertise,» dit Darsan,
«ouais, on sait pas,» reprit-elle, «une autre c’est comme des airs de troubadours, y en avait plein dans la Vieille Histoire, ben, y en a encore, mais pas comme ceux-là, la troisième, je sais pas, c’est comme du jazz à l’envers, écoute,»
de son ordi elle transmit des extraits des équivalences à celui de Darsan,
«mais c’est pas vraiment ça que j’entends, Sand,» continua-t-elle, «c’est juste les comparaisons de mon ordi et elles sont loin du compte, crois-moi, en plus qu’il est incapable de les harmoniser en une musique cohérente, mais elle l’est dans ma tête, cohérente, c’est extrêmement curieux, et ça me donne le vertige,»
elle mit le voile sur son oreille interne et coupa la reproduction des équivalences dans son ordi, Darsan pouvait bien continuer de les écouter dans le sien si ça lui chantait,
soudainement la voix télépathique résonna dans l’astronef, Charlotte et Darsan sursautèrent,
«vous communiquez pas signes, nous communiquons par concepts, vous êtes faciles à comprendre, vous êtes difficiles à comprendre,»
Charlotte vint pour répliquer mais se retint, des « pensées » s’infiltraient dans son ordi pour lui expliquer que si la voix parvenait à communiquer en langage humain, un travail de décodage relativement aisé, en tout cas dans l’abstrait, sans le support physique, résultant tout de même en problèmes d’interprétation, ce qui l’intriguait surtout c’était l’attitude humaine, pour ce que cela voulait dire chez elle, Charlotte regardait Darsan, il recevait les « pensées » dans son ordi lui aussi, il releva les sourcils,
«votre système émotif nous intrigue,» reprit la voix, «nous ne pourrons le comprendre qu’en le triangulant,» elle marqua une pause, «votre langage est simple, votre pensée est brève, c’est difficile,»
«simple?» lança Charlotte, «vous êtes même pas capable de comprendre un concept vaste comme les émotions!»
«vaste,» reprit la voix, «comme nos modules exponentiels,»
mais là s’arrêtait l’analogie, les « pensées » que la voix insérait dans leur ordi pour mieux se faire comprendre restaient en grande partie inintelligibles,
«vous êtes une variable dans votre simulation’« reprit la voix,
«vous êtes pas facile à suivre,» dit Charlotte, «on dirait ma mère,»
«nous vous avons laissé entrer,» dit la voix, «nous vous laissons visiter,»
la communication fut coupée, les « pensées » se retirèrent, des paramètres de navigation flashaient sur l’écran,
«on nous donne trois systèmes à visiter, l’itinéraire part d’ici,» dit Darsan, «aussi des instructions sur la vitesse de déplacement, je pense qu’on va rencontrer nos hôtes,» il zooma sur le milieu de l’écran, «le centre est vide,»
Charlotte se pencha pour mieux voir,
«t’as raison,» dit-elle, «y a rien, dans un rayon de …» son ordi lui relaya l’information, «0,78 année-lumière, on dirait une bulle de vide, comme c’est étrange!»
«c’est peut-être le moteur de la sphère,» dit Darsan, «derrière un filtre qui ne réflète que du vide,»
«une sphère filtrée dans une sphère de Dyson,» elle lâcha un petit rire, «ouais, ou c’est juste du vide,»
«ou c’est juste du vide, ou un trou noir contrôlé,» dit-il, «dans tous les cas l’ingénierie astrophysique de ces trois races est exceptionnelle, c’est le moins qu’on puisse dire,»
«ça t’impressionne, han? alors, on visite?»
«on visite,»

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *