Arcade

Ma pratique quotidienne m’a fait comprendre que le lecteur de SF se fiche un peu de l’intrigue. Il se situe aux antipodes du lecteur d’Agatha Christie pour qui l’intrigue est tout. Le lecteur de SF, lui, est un boulimique d’images fabuleuses, il veut être stupéfié, laminé, écrasé par la suggestion visuelle. On pourrait presque dire que c’est un amateur de peinture qui s’ignore.
Serge Brussolo

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *