comme une spirale à neuf brins

II.34

(À propos de la destruction du vaisseau vulcain l’Intrépide)

KIRK: What was it you sensed?
SPOCK: The touch of death.
KIRK: And what do you think they felt?
SPOCK: Astonishment.

KIRK: Qu’avez-vous senti au juste?
SPOCK: L’oeuvre de la mort.
KIRK: Et d’après vous, qu’ont-ils ressenti?
SPOCK: De la stupéfaction.

Star Trek, TOS, S02E18, The Immunity Syndrome / Amibe
Subtitles: Chrissie’s Transcripts Site
Sous-titres : VOSTFR.CLUB

 

les neuf trajectoires que les ovoïdes leur avaient montrées avec leur météorite à pixels spiralaient l’une autour de l’autre comme un carrousel stellaire jusqu’à se confondre et se perdre dans l’incandescence du centre galactique,
«mais ça veut dire quoi, ça?» s’exclama Charlotte,
«vraiment, ma chère Charlotte, j’en ai aucune idée,» dit Darsan, «on va en choisir une et on verra où ça nous mène,»
c’était la première fois qu’il lui disait « chère », elle lui en fit la remarque, il lui lança un petit sourire en coin,
«quelle trajectoire on va prendre?» demanda-t-elle,
l’astronef orbitait autour de l’étoile d’où elles partaient et c’était illogique d’en suivre aucune, mais rien n’indiquait laquelle, et Charlotte avait beau tendre son oreille interne, elle n’entendait que les échos de la musique des ovoïdes derrière, devant que la musique stellaire hétéroclite et ordinaire, rien de particulier, par contre la brume sonore qui avait jusque-là filtré les sons s’était éclaircie, c’était maintenant limpide, cristallin,
Darsan inséra les données de l’une des trajectoires et l’astronef sauta en hyperespace, pourquoi celle-là plutôt qu’une autre? pour aucune raison particulière, il fallait bien en choisir une,
«c’est peut-être des mondes parallèles,» dit Charlotte,
«qui semblent tous aboutir au même endroit,» dit Darsan en pointant du doigt sur l’écran du poste de pilotage où la spirale à neuf brins s’évanouissait dans la région galactique centrale,
«ouais, c’est bien vrai ça,» dit-elle,
le transit ne dura pas très longtemps et dès que l’astronef se matérialisa dans l’espace Charlotte reconnut la musique des ovoïdes, mais c’était toujours le même bout répété comme un enregistrement en boucle, il y avait plus, alors qu’ils filaient vers la planète d’où provenait la musique … elle vérifia auprès de son ordi … oui, c’était bien ça,
«la boucle, là, que j’entends,» dit-elle, «c’est le troisième de neuf segments, écoute,»
son ordi retransmit la composition complète dans celui de Darsan,
«on a donc suivi la troisième trajectoire,» dit-il,
l’astronef approchait de l’exosphère de la planète, une planète tellurique où ils découvrirent une ville semblable à l’autre jonchée d’ovoïdes calcifiés, solidifiés, comme s’ils étaient retournés à l’état rocheux, immobiles, pétrifiés, leurs filaments comme des clous sur leur tête, ou ce qui leur tenait de tête, des statues aux reflets colorés comme la roche autour, certains sur le côté comme s’ils étaient tombés subitement de leur lévitation, c’était un spectacle désolant, sinistre. sépulcral,
«ils sont nés de la roche et sont retournés à la roche,» dit Darsan,
«mais d’où vient la musique?» dit-elle,
ils survolèrent les constructions trapézoïdales, contournèrent les aiguilles, dans le creux desquelles les ovoïdes s’étaient affalés, stoppés net dans leur passage musical, d’autres s’étaient écrasés au sol, et aboutirent à l’aire au météorite, logiquement il devait y en avoir un, mais un météorite brisé en neuf morceaux éparpillés sur le sol et, sur son socle, la représention pixelisée et fixe comme une sculpture de neuf spirales autour d’une droite verticale, Darsan stationna l’astronef en périphérie de l’aire, ils sortirent équipés de la moustache à oxygène et d’un survêtement,
«ah ben ça alors!» dit Charlotte, en se rapprochant, elle indiqua la formation de pixels, «la musique vient de là,» elle se pencha pour mieux entendre, «plus précisément de la ligne droite,» elle se releva, «comme c’est étrange, même pas une vibration dans les pixels, juste le bout de musique, tu penses ce que je pense?»
«qu’il y a huit autres planètes,» dit-il, «mortes elles aussi,»
«ouais, on dirait bien,» dit-elle, «mais c’est pas à ça que je pensais, je pense que ça, la ligne droite, c’est une connexion avec leur planète là-bas, la musique que j’entends, ben, le bout, ça vient d’eux et c’est retransmis ici,» elle réfléchit un moment, «pis je pense que de là-bas ils vont coloniser huit autres planètes sur un deuxième arc,»
«ou l’inverse, ils sont partis de là-bas et ont colonisés ici,» dit-il, «mais disons qu’ils sont originaires d’ici, enfin de la planète du premier segment musical, s’il s’agit bien d’un arc de neuf planètes, dans ce cas ils auraient écoformé les huit autres, dont celle-ci, il faudrait une étude approfondie de leur monde pour se faire une idée,»
Charlotte fit un tour complet de la structure et des éclats sur le sol,
«moi je pense que la race des ovoïdes est apparue synchroniquement sur les neuf planètes,» dit-elle, en revenant près de Darsan, «et qu’elle se préparait à établir son deuxième arc quand la vague a détruit le premier,»
«la race des ovoïdes serait apparue synchroniquement sur les neuf planètes,» dit Darsan, «neuf planètes telluriques presque identiques à distances comparables d’étoiles de même type équidistantes les unes des autres, à quelques dizaines d’années-lumière près, sur un arc galactique, remarque, c’est pas impossible, mais c’est statistiquement insolite,»
«ouais, dit comme ça,» elle regarda autour d’elle, «c’est tellement triste, on s’en va?»
ils retournèrent dans l’astronef, Darsan effectua un survol rapide du reste de la planète,
«c’est bien ce que je pensais,» dit-il, «une seule ville, avec une cinquantaine de milliers d’habitants, comme l’autre,»
«un demi million, tous connectés mentalement,» dit Charlotte, alors que l’astronef accélérait hors de l’atmosphère, «imagine, les ovoïdes là-bas ont dû ressenti télépathiquement la mort des neuf dixièmes de leur race ici, j’en ai des frissons d’horreur rien que d’y penser,» elle marqua une pause, «je me demande comment ils voyagent dans l’espace, on a vu aucune trace d’engins spatiaux nulle part,»
«s’ils se déplacent physiquement dans l’espace,» dit Darsan,
«c’est une drôle d’idée, ça,» dit Charlotte,
l’astronef approchait de l’étoile du système, Darsan inséra les données de navigation et ils sautèrent en hyperespace,
«j’en ai une autre, de drôle d’idée,» reprit-il, «les météorites, ce que toi et moi on appelle leurs météorites, ce ne sont pas des météorites, c’est leur moyen de transport interstellaire, c’est leur construction,»
«c’est pas bête, ça,» dit-elle, «mais je vais te dire ce qui me trouble,» elle ferma les yeux, «leur musique, elle est si joyeuse …,» elle rouvrit les yeux, «t’as remarqué mon pommier? il fleurit,»
Darsan la gratifia d’un sourire complice,
l’astronef filait sur la spirale, le fureteur de la mère LaGross en pièce jointe,
ils étaient en route pour le coeur de la Voie Lactée,

2 réponses à comme une spirale à neuf brins

  1. catse dit :

    la musique des ovoïdes est si forte enfin puissante que ça pour aller d’une planète à une autre ?

    la planète est elle devenue pour eux une sorte de cimetière ?ou juste une planète morte pour leur race ?

    • Jean dit :

      oublie pas qu’il y a que Charlotte qui entend la musique des étoiles (en fait, des planètes et rertansmise par les étoiles), elle l’entend avec ce qu’elle appelle son oreille interne, ou astrale, comme on parle parfois d’un troisième oeil ici il s’agit d’une troisième oreille,
      y a que sur la planète des ovoïdes que Darsan peut entendre la musique produite par le passage des ovoïdes dans les aiguilles, et on ne sait même pas si eux, les ovoïdes, perçoivent les vibrations qu’ils produisent en traversant les aiguilles comme des sons,
      ailleurs dans le cosmos y a que Charlotte qui entend la musique, Darsan ne l’entend pas,

      planètes d’ovoïdes mortes, oui, comme des cimetières, détruites pas la vague en provenance du centre galactique? résultat de l’évolution particulière des ovoïdes? ou de leur méthode de déplacement dans le cosmos, laissant derrière eux la coque vidée de ce qu’ils sont pour se reformer sur une autre planète? qui sait? Charlotte et Darsan se posent ces mêmes questions dans le prochain épisode,

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *