[journal holographique de Charlotte (11 : intermède)]

VIII.88

me revoilà sur cette branche où j’avais passé la nuit en attendant Sand Darsan, mon exotriper extraordinaire, l’aube se levait alors sur une aventure qui allait me conduire jusque dans le coeur de la Voie Lactée, et c’est à l’aube encore maintenant que je compose cette entrée dans mon journal,
rien n’a vraiemnt changé, la même lumière oblique du soleil bleu de Valence qui dessine le plateau de la biosfère comme un vaisseau sur la brume houleuse de la jungle autour et qui allume le pic des montagnes à l’ouest derrière lesquelles la Voie Lactée, toujours majestueuse, toujours magnifique, glisse lentement, les deux lunes à sa suite,
Sand est arrivé il y a deux jours dans le lieu solaire, la mère Longshadow nous a communiqué la nouvelle dans un message très succint,
«arrivée de Darsan sur Luna, le Matriarcat se prépare à le recevoir sur Terra,»
nous, on est arrivé à Valence il y a quelques semaines, quel plaisir! quelle joie de revoir les miens, je me suis jetée dans les bras de ma mère comme une éperdue,
«t’as grandi,» qu’elle m’a dit,
j’ai sauté dans les bras d’Aline aussi, puis je me suis précipitée auprès de Dorothée, elle a presque deux ans maintenant, elle est jolie comme un coeur, verte comme c’est pas possible, une pousse d’oranger grimpe sur sa cheville gauche, elle porte son ordi, une bille émeraude, dans le cou comme un pendentif, elle parle, elle placote, elle gazouille, elle chante, elle court partout, elle sautille, elle fait des culbutes, elle est espiègle, facétieuse, polissonne, elle s’est prise d’une vive amitié pour Élina, elle l’appelle « m’amie Lina », elles sont devenues inséparables,
la mère Bay a concocté un simili ordi pour Élina, une bille rose comme une perle attachée à une chaîne si fine qu’elle est presque invisible et qu’elle porte fièrement au cou comme un pendentif elle aussi, son mini ordinateur personnel synchronisé aux pulsions de son cerveau, pas aussi puissant et complet que le nôtre, ça va de soi, mais qui lui ouvre des possibilités de manipulation de l’information qui la remplissent d’allégresse et qui peinent à assouvir son insatiable curiosié,
Fanta, lui, dès qu’il est arrivé à Valence, s’est enfermé dans la tour et en est plus sorti, il attend que commence ce que la mère Bay appelle la résolution du tsunami, on lui rend souvent visite, il est à la fois affable et distant, organique et holographique, il a mis l’histoire de la mère LaGross en chanson, sur une drôle de musique je dois dire, une sorte de jazz syncopé sur un fond de blues accéléré ponctué d’accents électroniques brutaux,
je lui ai demandé s’il voulait un simili ordi lui aussi, il a chanté que non, qu’il en a pas besoin, qu’il est lui-même le reflet de tout ce qu’un ordi peut contenir, j’ai compris sans vraiment comprendre ce qu’il voulait dire,
Éfrémia, Mei Lin et la mère Bay passent beaucoup de temps avec lui, surtout Éfrémia,
moi, ben, je m’occupe avec Selsie, et le multiple AbéNazarDé, avec Élina aussi comme de raison flanquée de ma chère petite soeur, Dorothée, je leur ai présenté Stella, elles ont toutes été surprises de la réaction de mon amie ourse, elle a couru vers moi en grognant de plaisir et m’a serrée si fort dans ses gros bras velus que j’en étouffais presque, je lui ai raconté mon exotrip, on s’assoyait dans la clairière certains soirs de pleines lunes, cette même clairière où Sand l’avait vue pour la première fois, moi seule avec elle ou en rond avec Selsie, Dorothée, Élina et le multiple, des fois Aline nous rejoignait, et je racontais mon histoire en l’illustrant avec des virtuels et des hologrammes,
en passant, quand Stella a vu le multiple sur le coup elle a eu un mouvement de recul, pas qu’elle a eu peur, plus parce qu’elle savait pas trop comment approcher ce trio étrange d’humains aquatiques et le cataloguer dans son répertoire du vivant, pareil quand je lui ai montré des virtuels de Fanta, elle a lâché un grand cri de surprise en tombant sur le dos,
bon, il fait plein soleil maintenant, je vais aller rejoindre les autres, c’est aujourd’hui que commence dans la tour la résolution du tsunami,

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *