décrypter l’histoire de la mère LaGross

VIII.87

l’astrocab GB34, suivi comme de raison par un fureteur de la mère LaGross, avait quitté Arcade et filait vers Valence, au cours du transit les six passagers, Charlotte, Selsie, Élina et le trio AbéNazarDé, avaient plus d’une fois discuté de l’histoire de la métacosmonaute et de la fillette au chat déridé, l’avaient analysée, décortiquée, commentée, s’étaient ingéniés à la déchiffrer, à la décoder, à l’interpréter,
Glass Bok, qui n’avait que très peu participé à ces discussions, cependant leur avait demandé la permission de les enregistrer dans la matrice de l’astrocab pour ensuite en produire un virtuel édité,
«pourquoi?» lui avait demandé Charlotte,
«pour référence,» avait-il répondu, «un condensé de vos discussions sur le sujet, si tu veux,»
«okay,» avait-elle dit,
les autres étaient d’accord aussi, et le résultat fit leur affaire,
le virtuel les montrait tous les six dans la pièce centrale de l’holosuite, les tableaux allégoriques de l’histoire défilaient sur les faces d’un polyèdre holographique qui flottait devant eux et qu’ils manipulaient via leurs ordis pour illustrer, relever et souligner tel ou tel aspect de leur argumentation, Bok avait astucieusement modulé les diverses portions des enregistrements qu’il avait utilisées pour créer un tout fluide,

Charlotte: non, je vois pas pourquoi je serais la métacosmonaute,
Abélard: pourquoi pas?
Nazarine: t’as transité jusqu’au centre galactique, c’est le fait d’une cosmonaute, ça, non?
Dédale: et le préfixe méta, ça veut dire aller au-delà, c’est un transfert, un changement, non?
Selsie: moi je serais plutôt de l’avis que c’est la mère Bay qui est la métacosmonaute, plus précisément qu’elle représente les mères,
AbéNazarDé (à l’unisson): comment ça?
Selsie: pour commencer c’est elle qui porte une clé à l’oreille, l’oubliez pas, la clé de la mère Bay, la mère LaGross a insisté sur ça, pis elle est mère reptile, elle est cathédrale, elle se transforme en gargouille pis en cimetière, je comprends mal le symbolisme, mais c’est bien le fait d’une mère manipulatrice, ça, pis surtout, mon point c’est que dans les jeux interactifs le mot méta désigne un ensemble de règles que les joueurs possèdent, mais que les personnages ne sont pas censés savoir, ben, si on envisage l’exotrip comme un jeu interactif, le joueur, plutôt la joueuse, c’est Ono Bay, elle a connaissance des règles du jeu, ce qu’elle a appelé son plan à géométrie variable, le personnage, qui ne les connait pas, ces règles, c’est toi Charlotte, donc la mère Bay, c’est la métacosmonaute qui manipule la réalité avec les métadonnées de sa géométrie, pis toi, Charlotte, t’es la fillette au chat déridé,
Charlotte: c’est logique, tout ça, c’est ce que je pensais moi aussi, à cause de la clé à l’oreille, mais j’avais pas fait la relation avec le jeu interactif, ouais, pis le chat déridé, c’est qui?
Élina: c’est moi!
Selsie: pense-z-y, Charlotte, qu’est-ce qu’elle fait, la fillette, dans l’histoire? on l’aperçoit à travers les arbres desséchés, ça c’est les mondes morts que t’as vus sur ta route, elle est préoccupée, elle marche vite, elle court même pour éviter les bombes des avions traîtres, ça je le comprends moins bien, pis le chat déridé qui la précède, ben, oui, c’est Élina, la toujours souriante Élina,
Charlotte: ouais, c’est pas bête, mais la fillette, ça pourrait aussi être Élina, elle a couru entre les bombes, elle,
Élina: j’en ai vu, des bombes, moi,
Charlotte: oui, pis le chat déridé qui la précède et qui la guide peut-être, ça serait moi, non?
Selsie: j’imagine que c’est possible,
Abélard: mère a pourtant dit de pas l’oublier, la fillette,
Nazarine: parce qu’elle est importante,
Dédale: elle est essentielle,
AbéNazarDé (à l’unisson): donc ça serait toi, Charlotte, la fillette,
Élina: je suis pas importante, moi?
AbéNazarDé (à l’unisson): oui, mais pas pareil,
Charlotte: t’es très importante pour moi, mais le reste de l’histoire, ça voudrait dire quoi? pis Fanta dans tout ça, qu’est-ce qu’il devient?
Abélard: et le robot grotesque qui piétine une portée musicale et que la métacosmonaute détraque?
Nazarine: et le sage multimembré qui distribue des licornes et des boucliers et qu’elle découpe en rondelles?
Dédale: et l’astrotemporel qui épilogue sur la grande noirceur à venir dans la clarté en allée et à qui elle tranche la tête et dont elle disperse le corps dans des chroniques impossibles?
AbéNazarDé (à l’unisson): c’est vrai, vu comme ça, la métacosmonaute, c’est la mère Bay,
Abélard: ben, comme dit Selsie, la mère Bay représente les mères,
Nazarine: le Matriarcat dans son combat contre le tsunami,
Dédale: que mère a imagé dans son histoire,
Abélard: les bombes lâchées par les avions traîtres,
Nazarine: les jupes éventrées, les chairs accélérées,
Dédale: le satellite espion qui dirige des guerriers sur rails,
Abélard: l’oiseau, la colombe, faut pas l’oublier, qui bat des ailes dans la suie des êtres déshumanisés,
Nazarine: et les tranches de planètes,
Dédale: et les bêtes encastrées par les blocs de granit et triées dans les bunkers,
AbéNazarDé (à l’unisson): et plein d’autres images, c’est le tsunami, non?
Charlotte: ouais, c’est logique, mais Fanta, lui?
Élina: c’est le gnome!
Charlotte: le gnome?
Élina: ben oui,
Charlotte: comment ça?
Selsie: je sais pourquoi, moi,
Charlotte: dis,
Selsie: corrige-moi si je me trompe, Élina, mais le gnome, il est obsédé par le désir, le désir de vivre, il s’ajourne dans le labyrinthe des alibis, il est torturé par les faux-fuyants, c’est bien le sort de Fanta, non? mais je comprends pas pourquoi la métacosmonaute lui plonge un crochet dans l’oeil,
Élina: parce qu’il voit double,
AbéNazarDé (à l’unisson): c’est une blague?
Élina: ben non, il est double, Fanta, il est organique et il est holographique, pis le crochet dans l’oeil, c’est la mère Bay qui l’agrafe par ses visions, c’est bien dit, han?
Charlotte: la mère Bay qui l’agrafe par ses visions, oui, c’est bien dit, pis ses visions, ben, c’est tous les enfants qu’il est,
Selsie: mais pourquoi un gnome?
Élina: sais pas,
Charlotte: parce qu’il est petit, il est pas un adulte,
Selsie: ah ben oui, pis l’image d’un gnome à cause des visions d’horreur qui le hantent,
Élina: c’est ça! que je suis bête! j’aurais dû y penser,
Charlotte: okay, récapitulons, la métacosmonaute, c’est la mère Bay et par extension toutes les mères, ben, le Matriarcat, les images de destruction, c’est le tsunami, pis les personnages, là, le robot, le sage, l’astrotemporel, sur le coup je pensais que l’astrotemporel, c’était Sand, mais c’est pas lui,
AbéNazarDé (à l’unisson): c’est qui, Sand, alors?
Charlotte: le poète barbu,
Élina: il est pas barbu, Sand!
Charlotte: c’est pas grave, il est pas barbu, mais il aurait pu l’être, pis la barbe, c’est un symbole de maturité, non? je dis que c’est lui parce qu’il se tait, il a pas vraiment son mot à dire dans toute cette histoire, il est que le transporteur, le véhicule, pis aussi il est harnaché, harnaché à quoi? au trou noir, je continue, le jeune homme encapé, les voyageurs irrités qui s’enlisent, c’est des métaphores de l’humanité dans la Vieille Histoire,
Élina: tous des hommes,
Charlotte: tiens, c’est vrai, ça, c’est tous des hommes, ben, y pourrait y avoir des femmes dans les voyageurs enlisés, mais à part ça, ouais,
Selsie: c’est comme si les mères revivaient leur affrontement avec les hommes pour être les maîtresses du lieu solaire,
Charlotte: pas bête, ça, pas bête, va falloir y réfléchir, bon, je continue, ben, je conclus, la fillette, c’est Élina, le chat déridé, c’est moi, logique, non?
Selsie: ou la fillette c’est toi, pis le chat c’est Élina, c’est logique, ça aussi, non?
Charlotte: ouais,
Abélard: pourquoi le jeune homme encapé, ça serait pas Fanta?
Nazarine: il se prend pour une divinité, c’est sûr,
Dédale: mais il veut entraîner la métacosmonaute dans son enfance,
Élina: c’est pas lui parce qu’elle l’envoie promener, c’est un faux Fanta, le vrai c’est le gnome,
Charlotte: pis la métacosmonaute va recommencer le monde ailleurs, dans le lieu solaire, j’imagine, vu que c’est là que Sand s’en va avec le trou noir, mais aussi sur Valence avec Fanta,
Selsie: pis Élina et toi qu’elle ramasse,
Charlotte: ouais, j’ai bien hâte de voir comment elles vont le recommencer, le monde, moi, je veux dire les mères,
Abélard: j’ai une idée,
Nazarine: elles vont désamorcer le trou noir dans le lieu solaire,
Dédale: et recommencer le monde avec Fanta sur Valence,
AbéNazarDé (à l’unisson): c’est une bonne idée, non?
Charlotte: avec Fanta, ouais, c’est possible, pis avec Élina aussi je pense, peut-être même avec Dorothée, mais le plus drôle, vous savez c’est quoi?
Selsie: qu’on se trompe complètement, pis que c’est pas ça du tout,
Charlotte: ouais, c’est tellement cryptique, ces affaires-là, y faudra faire comme la mère LaGross a dit, demander à Fanta de mettre l’histoire en musique,
Élina: une chose qu’est pas cryptique par exemple, c’est que moi, j’ai faim,

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *