01 une journée d’anniversaires

 

Charlotte et Selsie fêtaient leurs 17 ans, Élina ses 11 ans, la célébration avait lieu chez Una Longshadow, la grand-mère de Charlotte, une cinquantaine de mères avaient été invitées, y compris bien sûr les mères Asa Daril et Éva Lopez, plein d’autres de partout sur la planète participaient holographiquement ou par écrans virtuels aux festivités
on traitait Charlotte comme une héroïne depuis son arrivée sur Terre il y avait quelques mois, son exotrip avait fait d’elle une star, on l’invitait partout, on concoctait des soirées en son honneur, des matinées, des rencontres, on la bombardait de questions, on voulait tout savoir, elle s’était d’abord prêtée au jeu, mais s’en était lassée assez vite et refusait de plus en plus souvent d’être la proie des curieuses,
on s’intéressait aussi beaucoup à Élina, la rescapée de la Vieille Histoire comme on l’avait surnommée, contrairement à Charlotte elle prenait plaisir à l’attention qu’on lui portait et se prêtait volontiers à toute invitation, en autant, lançait-elle avec un petit sourire narquois, qu’il y ait un buffet, si modeste fut-il, elle n’avait pas changé, elle croquait dans tout ce qui lui tombait sous la main, fine, élégante, le geste nerveux, toujours rieuse, et sans prendre un gramme de gras, elle portait maintenant son ordi comme un bijou vert foncé incrusté dans la peau noire de son front, elle l’appelait son troisième oeil, la mère Bay en avait si bien raffiné le fonctionnement qu’il opérait presque comme un ordi naturel,
quant à Selsie, bien, elle était beaucoup moins sollicitée, ce qui faisait son affaire, elle plaignait la pauvre Charlotte qui ne pouvait quasiment pas faire un pas sans qu’on l’accoste,

la célébration battait son plein, on s’amusait, on dansait, on chantait, on placotait, des voeux de joyeux anniversaires à l’attention des trois filles, mais surtout de Charlotte, avaient fusé de partout dans les lieux habités, Una Longshadow ne s’était pas gênée pour en diffuser l’annonce,
de Valence, sa mère, ses soeurs Aline et Dorothée, cette dernière maintenant âgée de 5 ans et pétillante comme un dessin animé, Sookie, la figure parentale de Selsie, accompagné de ses frères et de ses soeurs de la génération K2, et même un grognement de l’ourse Stella,
de NOR-4, sa soeur Béatrice, monsieur Lafarti, des voisins et des voisines,
d’Arcade, la mère LaGross et ses multiples,
de la station Loba et même un petit mot en provenance de la planète Wizber,
du lieu mémoriel, les quelques connaissances qu’elles s’y étaient faites durant leur cours séjour là-bas,
de Mars, le professeur Zumil Zuman,
et un message de Zoé Clarisse, une jeune mère dissidente qui contestait le régime selon elle devenu trop rigide du Matriarcat,
«Glass Bok serait à vos côtés,» dit-elle, à la fin de son message, «plutôt que d’être stationné sur Lune,»
en effet, les mères n’avaient pas accordé au pilote de l’astrocab la permission de descendre sur Terre malgré leurs supplications, c’était pas vraiment un problème de lui rendre visite sur Lune, ou sur Mars, ou ailleurs dans le système solaire quand il décidait d’y faire un saut, ce qui n’arrivait pas souvent, il préférait cantonner sur Lune, elles avaient passé quelques heures avec lui la veille,
«mais aujourd’hui! spécialement aujourd’hui!» s’était exclamée Charlotte, «elles auraient pu faire une exception, surtout ma grand-mère, c’est elle qui mène le bal,»
«c’est parce qu’il va les contaminer,» dit Élina d’un air grand-guignolesque,

plus tard dans la soirée, profitant du fait que les mères agglutinées en groupes ne leur prêtaient pas attention, les trois filles s’éclipsèrent, Charlotte et Selsie se tenaient par la main, elles étaient maintenant amantes, leur amitié avait progressivement évoluée en une relation amoureuse qui s’était épanouie durant le transit de Valence au lieu solaire,
le voyage avait été long, Glass Bok avait filé aussi vite que son astrocab le permettait, faisant rapidement halte aux nombreux relais sur le parcours où, invariablement, on attendait Charlotte avec curiosité, Élina aussi, mais surtout Charlotte,
«t’es pas jalouse?» avait demandé Élina à Selsie,
«moi, jalouse?» avait-elle répondu, «pas du tout, au contraire, j’aurais beaucoup de misère à supporter ce genre d’attention, je suis la petite amie de Charlotte et ça me suffit,»
elles se dirigèrent vers l’Observatoire, une structure hexagonale, la matrice énergétique, l’holothèque, le centre nerveux de ce coin de pays, qui surplombait de ses deux kilomètres les sphères d’habitation, un jet d’ascenseur et elles étaient tout en haut sur le belvédère, le soleil couchant allongeait les ombres sur le paysage qui s’étendait aussi loin que l’oeil pouvait porter, tout en bas les sphères, près d’un millier dans cette agglomération, luisaient en un large cercle blanchâtre autour de la base de l’Oberservatoire, voilées en partie par des nuages vagabonds, des vaisseaux traversaient le ciel au-dessus de l’océan d’un côté, de l’autre, au loin, dans l’ombre mauve, se dressaient les ruines couvertes de végétation d’une ville de la Vieille Histoire,
on salua les filles au passage, on s’approcha, on voulait échanger, elles finirent quand même par se trouver un coin tranquille,
«les mères disent que je suis probablement née sur le continent qui s’appelait Kama ou Afrique, ben les deux,» disait Élina, en pointant du doigt vers l’océan, «j’espérais qu’on aurait pu trouver mes coordonnées exactes au Mémoriel,»
«t’es qu’un point infime dans l’immensité du monde,» dit Charlotte,
Élina éclata de rire,
«oui, un point infime, je me suis quand même retrouvée dans le centre galactique et me voilà de retour sur Terre, c’est pas rien pour un point infime,»
«c’était où, déjà, Kama?» demanda Selsie,
Élina activa un hologramme du globe terrestre,
«ici, au sud-est, le continent austral alfa, moi je l’aurais appelé le continent bleu, les mères ont manqué d’imagination sérieux,»
Charlotte pointa sur le nord-est,
«moi, demain, je vais là-bas, sur le continent boréal alfa,» elle se tourna vers Élina, «le continent orange, comme tu l’appelles,» elle zooma sur une agglomération en plein coeur d’une forêt, «là, chez Zoé,»
«ta grand-mère appréciera pas,» dit Selsie,
«c’est drôle,» dit Charlotte, «elle est si douce, ma grand-mère, si attentionnée, si compréhensive, mais dès qu’il est question de Zoé elle devient acerbe, t’as vu sa réaction durant le message de Zoé? c’est pas logique,»
«ben non, voyons,» lança Élina, «c’est très logique, au contraire,»
«c’est vrai, t’as raison,» dit Charlotte, «mais pourtant, c’est quand même pas la fin du monde, les revendications des dissidentes, c’est pas comme ça va détruire le Matriarcat,»
«ben, peut-être,» dit Élina,
«tu serais pas un petit peu amoureuse d’elle, des fois?» demanda Selsie à Charlotte,
«de Zoé? ah non! recommence pas avec ça, non, je suis pas amoureuse de Zoé, ses idées m’intéressent, c’est pas la même chose, c’est toi que j’aime, ma belle Selsie, tu le sais très bien,»
«je sais, je sais, c’est juste que j’aime pas la tension que ça crée entre ta grand-mère et toi,»
«ben ça, c’est son problème à elle, à ma grand-mère, moi je trouve que les dissidentes ont pas tout à fait tort et je veux en apprendre plus, ça m’intéresse, tu vas venir avec moi?»
«oui,»
«toi?»
«oui,» répondit Élina, «mais par pour les mêmes raisons,»
toutes les occasions lui étaient bonnes pour visiter ce qu’elle appelait sa planète, elle en avait déjà parcouru plus de la moitié depuis leur arrivée,
«tu vas encore avoir une de tes visions,» dit Charlotte,
«seulement si j’arpente une ruine,» dit Élina, «et, comme par hasard,» ajouta-t-elle en zoomant sur l’hologramme, l’air coquin, «y a les ruines d’une ville de la Vieille Histoire à une centaine de kilomètres de chez Zoé, là,» précisa-t-elle, en montrant du doigt, «à l’ouest, c’était une grande ville,»
«et comme de raison tu vas y aller,» dit Charlotte,
Élina désactiva l’hologramme,
«tu comprends donc que je vais y aller, c’est tellement excitant,»
«c’est des fantômes,» dit Selsie,
«oui, pis c’est mes fantômes à moi,»
ça s’était produit la toute première fois quand elles avaient exploré la ville d’un autre temps près de chez la mère Longshadow, Élina s’était soudain arrêtée en plein milieu d’une rue cassée, des formes spectrales évoluaient à travers les ruines, les fantômes des gens qui les avaient peuplées,
une voix derrière elles les fit sursauter,
«je pourrais t’en empêcher, tu sais,»
elles se retournèrent les trois à l’unisson comme un multiple de la mère LaGross, c’était la grand-mère de Charlotte, elle s’approcha, promenant son regard sur le paysage assombri,
«je me doutais bien que vous vous étiez réfugiées ici, c’est beau, c’est calme,»
«tu le feras pas,» lui dit Charlotte,
«non, bien sûr, je t’en empêcherai pas, mais sois prudente, reste vigilante,»
«pourquoi? elle te fait si peur que ça? non, excuse-moi, c’est pas ça que je voulais dire, ben c’est ça, mais pas comme ça,» elle garda un moment de silence, confuse, «c’est pas une mauvaise personne, Zoé, grand-maman,»
«elle est amoureuse de Selsie,» dit Élina, «alors ça balance, non?» elle croqua dans un fruit qu’elle venait de sortir de son sac en bandoulière, «moi je balance avec mes fantômes,» ajouta-t-elle en riant et manquant s’étouffer,
Una Longshadow lui jeta un regard fripon,
«venez,» dit-elle, «j’ai une surprise pour vous trois,»

Glass Bok les attendait près de son astrocab dans un jardin attenant à la sphère de la grand-mère, elles se jetèrent à son cou,
«elle est un peu fourbe, ma grand-mère, vous trouvez pas?» dit Charlotte, «d’abord elle t’interdit de venir, pis tout d’un coup elle te donne la permission,»
«eh oui,» dit Bok, «et pas pour longtemps,» d’un coup de tête il indiqua un point sur sa gauche, «c’est pas là le socle du trou noir?»
«dans la clairière derrière la rangée d’arbres,» répondit Charlotte, «viens, je vais te montrer,»
un hologramme qui racontait la manipulation des mères sur le trou noir reposait sur le socle, un virtuel de la ligne de vie de Darsan flottait derrière,
«je viens ici des fois toute seule pour me recueillir,» dit Charlotte,
«c’est pas juste, ce qui lui est arrivé,» dit Élina,
«non, c’est pas juste,» dit Charlotte, «mais j’imagine que c’est logique,»
«il te manque beaucoup,» dit Bok,
«oui,» dit-elle,
«elle le virtualise aussi souvent qu’avant,» dit Selsie,
«pas aussi souvent,» rétorqua Charlotte,
elle avait pris l’habitude au cours de leur transit du lieu arcadien au lieu solaire de les rassembler, Selsie, Élina et Glass, dans leur holosuite pour leur faire défiler comme dans une salle de cinéma des virtuels de son cher Sand, c’était même devenu des sessions qu’elle préparait méticuleusement en carousels d’anecdotes et que souvent elle commentait avec émotion,
Bok examina longuement l’hologramme du trou noir, passa son doigt sur le virtuel de la ligne de vie de Darsan, retourna dans le jardin avec les filles, peu de temps après un message dans son ordi lui signifia qu’il devait repartir, il se glissa dans son astrocab et monta vers les étoiles,
«ah, vous revoilà, vous trois!» s’exclama-t-on quand elles réapparurent dans la sphère de la mère Longshadow, «on se demandait où étaient passées nos fêtées!»
«on était pas loin,» dit Élina,
Charlotte tira sa grand-mère à l’écart,
«merci pour la visite de Glass, grand-mère, même si c’était pas long, tu nous a fait plaisir, c’est gentil, mais ça m’empêchera pas d’aller voir Zoé demain,»

7 réponses à 01 une journée d’anniversaires

  1. catse dit :

    oh zut , Charlotte a dèjà 17 ans et est sur terre !! mazette je suis totalement larguée maintenant
    je vais lire cette page …c’est rare que je lise un bouquin presque par la fin 😉 mais comme ce n’est pas un bouquin papier …..

    • Jean dit :

      ce n’est pas la fin du récit, ça c’était en août dernier, l’épisode 90, les derniers mots d’une histoire,
      les épisodes hors série, qui ne constitueront pas un livre en tant que tel, raconteront une autre histoire, celle du conflit entre les tenantes d’un Matriarcat absolu, représentées en la personne de la grand-mère de Charlotte, Une Longshadow, et un groupe de dissidentes, représentées par une nouveau personnage, Zoé Clarisse, qui veulent justement assouplir ce Matriarcat devenu trop rigide et inflexible à leur goût,
      Charlotte se retrouve plongée dans ce conflit social, partagée entre le conformisme de sa grand-mère et la rébellion de Zoé Clarisse,
      ces épisodes hors série me permettront de développer l’histoire des lieux solaire et mémoriel,

      • catse dit :

        tu veux dire quoi par hors série ?
        parles tu du bouquin ou des pages sur ton site ?
        pour le livre cela serait l’épilogue ,ou un autre volume ?

        • Jean dit :

          hors série en ce sens que ces épisodes ne font pas partie intégrante du récit qui s’est terminé en août dernier, ce sont les mêmes personnages, plus quelques nouveaux, la même mythologie, le même espace-temps, mais 3 ans plus tard avec un arc narratif différent, celui des pressions de mères dissidentes, Zoé Clarisse leur leader, contre le régime du Matriarcat qui règne sur Terre depuis des siècles et qu’elles jugent trop rigide et inflexible,
          au cours de ces épisodes on aura l’occasion à travers Charlotte d’approfondir la mythologie mise en place dans le récit précédent, en particulier l’institution du régime du Matriarcat sur Terre ainsi que la colonisation du système solaire et des systèmes extra-solaires, dont le lieu mémoriel, etc.,
          tiens, histoire de clarifier:
          – Charlotte Bay dans la Voie Lactée: les 90 épisodes parus que je compte condenser et réarranger en format livre;
          – épisodes hors série: une suite à Charlotte Bay dans la Voie Lactée qui pourrait former le sujet d’un second livre,
          voilà

          • catse dit :

            d’accord ,en fait je le verrais plus comme prologue alors 😉 en tout cas faudrait avoir les deux livres à la fois si on se pose des questions durant le récit du premier livre …
            suis embêtante hein ah ah

            • Jean dit :

              pas un prologue, plutôt un retour sur l’histoire d’avant Charlotte et dont on prendra connaissance avec elle, en tout cas pour une partie des épisodes hors série, l’autre partie sera consacrée aux événements contemporains de Charlotte durant son séjour sur Terre,
              le deuxième livre, celui des épisodes hors série, si deuxième livre il y a, ne nécessitera pas nécessairement d’avoir lu le premier, celui du voyage de Charlotte dans la Voie Lactée, mais des événements de celui-ci devront être sommairement présentés en introduction dans celui-là pour le situer dans l’arc naratif du tout,

              • Jean dit :

                je précise: l’histoire d’avant Charlotte, c’est celle qui s’est développée après la Vieille Histoire, en particulier la mainmise des femmes, devenues les mères, sur la Terre et l’instauration du Matriarcat en parallèle avec la colonisation de l’espace,

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *